Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 17:52

                                                  

 

 

 

Un très beau film, beaucoup d'émotions, de très beaux plans

à voir   -       et revoir pour les cavaliers on aimerait tous avoir 

un cheval aussi merveilleux.

 

                             

 

Jappeloup, né le 12 mars 1975 dans la ferme équestre d'Henry Delage à Saint-Savin en Gironde et mort le 5 novembre 1991, est un cheval Selle français1 né d'un père trotteur et d'une mère Pur Sang, champion de saut d'obstacles.

Il évolue deux ans sous la selle de Françoise Terrier-Thuault, puis le cavalier Pierre Durand l'acquiert en 1981 et remporte de très nombreux titres, dont champion olympique, champion d'Europe et champion de France dans cette discipline2. Jappeloup est considéré comme l'un des chevaux de saut d'obstacles les plus performants de tous les temps, malgré ses origines modestes et sa hauteur au garrot de 1,58 m, relativement faible pour concourir dans cette discipline.

Il laisse une trace indélébile dans l'histoire du sport français, et devient l’un des chevaux les plus connus du pays. C'est le dernier cheval français à avoir remporté les Jeux olympiques de sauts d'obstacles en 1988. Il est reçu sur un plateau comme invité d’honneur au journal télévisé d’Yves Mourousi, et Pierre Durand le qualifie de « cheval de sa vie ». Pour son arrêt de la compétition en septembre 1991, un jubilé est organisé en bas de la tour Eiffel en son honneur et pour remercier ses supporters. Deux mois plus tard, jeune retraité de seulement 16 ans, Jappeloup meurt d'un arrêt cardiaque dans son box.

 

 

 

Un film documentaire est réalisé en 1993 par Christian Chevreuse, sur la vie de Jappeloup et sa carrière sportive avec Pierre Durand. Ce documentaire est édité en VHS le 1er janvier 1994 par Hachette. En septembre 2011 débute le tournage d'un film sur ce chevalGuillaume Canet, qui en signe le scénario, y incarne Pierre Durand. Jacques HigelinDaniel AuteuilMarina Hands sont également à l'affiche de ce long-métrage réalisé par le Canadien Christian Duguay14. Plusieurs chevaux ont été utilisés pour incarner Jappeloup15. Le film est sorti le 13 mars 2013.

 

 

Voici l'heure de gloire de Jappeloup: la finale du concours 1988 montrent olympique de saut à Séoul,

en Corée du Sud.

 

Lorsque Jappeloup et Durand a remporté à Séoul, Durand a accepté la médaille d'or précieux sur le podium et a ensuite fait la chose la plus étonnante: il l'attacha sur martingale Jappeloup pour le tour d'honneur, avec le claquement médaille d'or contre la large poitrine du cheval au soleil.

 

 

 

 

Les Français ont dû passer par le processus laborieux de trouver des chevaux qui pourraient jouer Jappeloup, qui n'était pas un grand cheval du tout. Pensez-y: comment voulez-vous trouver un petit cheval qui peut faire l'impossible? Néanmoins, les producteurs affirment que trois chevaux ont été retenus pour jouer le rôle de Jappeloup.

Jappeloup, qui était un hongre, venu d'un milieu étonnant: il aurait été une croix. Il était le produit d'un père français Trotter; sa mère était un pur-sang. Durand a d'abord refusé de monter le cheval parce qu'il était si petite.

 

   

 

 

 

Commentaires de Guillaume CANET :

<iframe src="http://www.premiere.fr/jwplayer/embed/3691174/external" frameborder="0" width="613" height="380"></iframe>

 

 

Avec Pierre Durand, Jappeloup gagne de nombreux titres : champion de France en 1982, champion d'Europe en 1987, 11 médailles d'or en grands prix dont cinq en Coupe du monde et trois en CSIO, et champion olympique aux JO de Séoul en1988. En 1984, aux Jeux olympiques de Los Angeles, pendant l'épreuve par équipe, le cheval, alors âgé de neuf ans, refuse un obstacle. Son cavalier se retrouve projeté à terre de l'autre côté de l'obstacle, les rênes et la bride lui restent dans les mains et Jappeloup s'enfuit vers les écuries sous l’œil des caméras du monde entier. Après sa chute, Pierre Durand est la cible de nombreuses critiques, mais conserve son cheval et poursuit l'entraînement. En 1986, Jappeloup de Luze, bien que castré et ne pouvant pas avoir de descendance, est estimé à 3 750 000 francs français8. En 1988, aux Jeux olympiques de Séoul, après avoir gagné la médaille d'or, Pierre Durand lui passe la médaille sur le poitrail pour le remercier. Jappeloup est reçu sur un plateau comme invité d’honneur au journal télévisé d’Yves Mourousi.

 

Sculpture Jappeloup

Sculpture en bronze de Jappeloup sur la pelouse au Musée Olympique à Lausanne, en Suisse. 

 (Avec l'aimable autorisation de Wikimedia)

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de veloliberte92et22.over-blog.com
  • : Pour moi, la passion pour lé vélo, le sport en général, la photo, puis le cinéma, le jardinage, le bricolage, la nature (faune, flore ...)pour mon épouse, l'équitation, les voyages, la cuisine, le cinéma, la décoration, le jardinage, la lecture, la faune, la flore etc... et chez l'humain, l'honnêteté, la sincérité, et je déteste l'hypocrisie, la sournoiserie, la fourberie...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens