Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 août 2015 7 30 /08 /août /2015 18:07

ENTREE GRATUITE

caligraphie - manga...

 

Voilà bien longtemps que j'avais vu que l'on pouvait visiter, la maison de Léonard FOUJITA,

Mais j'avais vraiment très peur, qu'elle soit trop japonisante. Et oui, je ne suis pas très fanatique... 

Finalement, à peine avons nous mis un pied dans cette première pièce de la maison, en l'occurrence, la cuisine, que nous nous y sommes de suite sentis très bien. De plus, il faisait 

très chaud et la maison en bas est au contraire très fraîche - il y a une raison à cela.... mais elle vous sera donnée, lors de la visite... et oui, un peu de secret, oh certes petit secret, mais quand même..... un peu de suspens.. 

La demeure est répartie sur trois étages, l'atelier, la pièce la plus importante, qui réunie toutes les passions, parfois surprenantes, de cet homme se situe au 3°, et là il y fait bien plus chaud.

Le jardin, n'a rien en lui-même d'exceptionnel, mais il y règne le plus grand calme, tout comme dans la maison. Une maison sans prétention, mais une maison où l'on s'installerait bien pour un séjour.

 

 

Logo Maisons des illustres

La Maison-atelier Foujita a reçu en septembre 2011, le label « Maisons des Illustres » décerné par le ministère de la Culture et de la Communication à 111 lieux dont 2 lieux essonniens uniques : la Maison-atelier Foujita à Villiers-le-Bâcle et la Maison Jean Cocteau à Milly-la-Forêt.

La Maison-atelier Foujita

En 1991, Kimiyo Foujita fait don au Conseil départemental de l'Essonne du dernier atelier de son époux, le peintre franco-japonais Léonard Foujita.
La Maison-atelier de Villiers-le-Bâcle, où rien ne paraît avoir bougé, offre un aperçu de l'univers intime de cet artiste. 

À la fin des années 1950, Foujita travaille avec l'éditeur d'art Pierre de Tartas qui vient de transformer à  Bièvres un ancien moulin en centre d'art. Foujita s'y rend régulièrement et, au détour d'une de ces visites, découvre dans le village de Villiers-le-Bâcle, une petite demeure rurale en ruine. C'est un coup de cœur. En octobre 1960, Foujita l'achète. Ce sera sa dernière résidence. Il y entreprend des travaux d'envergure qui transforment radicalement la petite habitation du XVIIIe siècle. Fasciné par l'artisanat, attiré par le design et la modernité, il y aménage tout, jusqu'au moindre détail. En novembre 1961, Foujita prend enfin possession de son nouvel atelier. 

La Maison-atelier Foujita, avec son jardin, ses pièces d'habitation au décor et au mobilier singulier et son atelier, nous invite à  pénétrer dans l'univers du célèbre peintre de l'École de Paris, artiste aux multiples facettes qualifié volontiers de « magicien » par ses contemporains.

sINFORMATIONS PRATIQUES

Maison-atelier Foujita
7, route de Gif à Villiers-le-Bâcle (91190)

 Comment s'y rendre
 How to get there
 メゾン・アトリエ・フジタへのパリからの行き方


⇒ Les visites sont gratuites et accompagnées par un audio-guide
Sans rendez-vous :
 samedi 14h-17h • dimanche 10h-12h30 & 14h-17h30
Sur rendez-vous :
• les autres jours

 Jours de fermeture 2015-16
vendredi 9 janvier / lundi 6 avril / vendredi 1er vendredi 8 - jeudi 14 - lundi 25 mai / lundi 13 & mardi 14 juillet / mercredi 11 novembre du lundi 21 au jeudi 31 décembre2015 

 du vendredi 1er au dimanche 10 janvier 2016

orCliché de l'artiste, collection Conseil général de l'Essonne

Le peintre Foujita

Né au Japon en 1886, Foujita arrive à Paris en 1913. En quatre ans, l’ancien élève de l’École des Beaux Arts de Tokyo est l’un des artistes les plus célèbres de la capitale. Il devient une personnalité incontournable de Montparnasse et connaît la gloire et les honneurs autant par sa peinture au style très personnel, que par son sens de la fête et de l’amitié.

En 1930, il entreprend un long voyage en Amérique et en Asie, qui s’achève, quatre ans plus tard au Japon. Il ne quittera pratiquement plus son pays natal, jusqu’à son retour définitif en France en 1950.

Il obtient la nationalité française en 1955 et se convertit au catholicisme en 1959. Avec cette conversion, s’ouvre une nouvelle période dans la vie de Léonard Foujita : il délaisse ses thèmes favoris (portraits de femmes, de fillettes, autoportraits, chats) pour des thèmes religieux et consacre les dernières années de sa vie à la création d’une chapelle à Reims, Notre Dame de la Paix. C’est dans l’atelier, au dernier étage de la petite maison de Villiers-le-Bâcle où il s’était installé en 1961, que Foujita conçoit cette dernière grande œuvre. L’artiste est décédé en 1968 

 

La maison-atelier

Dans cette petite maison rurale, vous pouvez découvrir l’atmosphère intime du peintre, restituée le plus fidèlement possible, qui était aussi couturier, céramiste ou photographe à ses heures. Une visite dans le jardin, les pièces d’habitation au décor et au mobilier singulier.

 

<span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'>
<img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='http://www.ville-villierslebacle.fr/IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='http://www.ville-villierslebacle.fr/IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /></span>

 

 

Au dernier étage, dans l’atelier, pinceaux, pigments, maquettes, toiles, peinture murale (travail préparatoire au décor de la chapelle Notre Dame de la Paix de Reims)… vous invitent à pénétrer dans l’univers secret de l’artiste.

t

sources : http://www.unevilledeslivres.book.fr/

 

 

 

 

 

(sources : http://www.cornettedesaintcyr.fr)

 

 

<span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'>
<img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="&lt;span class='spip_document_117 spip_documents spip_documents_right' style='float:right; width:250px;'&gt;
&lt;img  data-cke-saved-src='http://www.ville-villierslebacle.fr/IMG/jpg/fouijta_02.jpg' src='http://www.ville-villierslebacle.fr/IMG/jpg/fouijta_02.jpg' width="250" height="170" alt="" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /&gt;&lt;/span&gt;" /></span>

Au dernier étage, dans l’atelier, pinceaux, pigments, maquettes, toiles, peinture murale (travail préparatoire au décor de la chapelle Notre Dame de la Paix de Reims)… vous invitent à pénétrer dans l’univers secret de l’artiste.

 

Une Sixtine japonisante 

C’est à la maison Mumm que l’on doit une autre splendeur du patrimoine rémois, la chapelle Foujita. René Lalou, qui dirigeait la maison de champagne, donna carte blanche à son ami Léonard Foujita pour dessiner et décorer une chapelle à deux pas du centre-ville. Le peintre français d’origine japonaise avait fait les beaux jours du Montparnasse des années 1920. Fraîchement converti au christianisme à Reims (il est baptisé à la cathédrale) à presque 80 ans, il suit son imagination débridée... La chapelle Notre-Dame de la Paix devient sa Sixtine à lui. L’architecture ? Un mélange de Bretagne et de Roumanie. Le décor peint ? Des fresques uniques en leur genre. On y voit le Christ portant une barbe de samouraï, des anges sexués, et la Vierge apparaissant deux fois au pied de la croix. Le tout se teinte de clins d’œil aux primitifs et à la Renaissance italienne. Quant aux vitraux, ils ont été peints par Foujita et réalisés par l’incontournable atelier Simon-Marq. Dans la chapelle en cul-de-four où sont enterrés les époux Foujita, des admirateurs nippons ont laissé des origamis. Un hommage de papier, fragile et discret.

(sources : http://www.detoursenfrance.fr)

           

 

                                  

 

 

 

En quelques temps, en particulier après son exposition de 1918, il atteint une grande renommée en tant que peintre de belles femmes et de chats, avec une technique très originale. Il est l'un des quelques artistes de Montparnasse qui gagnent beaucoup d'argent à cette époque. En 1925, Tsuguharu Foujita est déjà décoré de l'Ordre Belge du roi Léopold Ier et est fait chevalier de la Légion d'honneur en France (il deviendra ensuite officier de la Légion d'honneur en 1957).

 

(sources : http://arts.forumculture.net)

 

 

Léonard Foujita meurt d'un cancer le 29 janvier 1968 à Zurich, en Suisse.

Après avoir été inhumé à Reims, puis exhumé pour Villiers-le-Bâcle (Essonne),

ses cendres reposent à nouveau (depuis le 6 octobre 2003) dans la chapelle Foujita à Reims. (wikipédia)

 

          

La chapelle fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques

 depuis le .

Elle est bénie le 1er octobre 1966 puis solennellement remise à la ville

de Reims le 18 octobre suivant. En 1999, elle a reçu 5 199 visiteurs.

Depuis le 3 octobre 2003, elle abrite les cendres de Foujita ainsi que la tombe de sa dernière épouse, Marie-Ange, décédée en 2009.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by veloliberte92et22.over-blog.com - dans LOISIRS-W-END PROVINCE...
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de veloliberte92et22.over-blog.com
  • Le blog de veloliberte92et22.over-blog.com
  • : Pour moi, la passion pour lé vélo, le sport en général, la photo, puis le cinéma, le jardinage, le bricolage, la nature (animaux, fleurs ,,,)pour mon épouse, l'équitation, les voyages, la cuisine, le cinéma, la décoration, le jardinage, la lecture, la faune, la flore etc... et chez l'humain, l'honnêteté, la sincérité, et je déteste l'hypocrisie, la sournoiserie, la fourberie...
  • Contact

Recherche

Pages

Liens